Fabrice Diguet, cuisiniste à Cherbourg

Rencontre avec Monsieur Fabrice Diguet, cuisiniste rue Christine, dans le centre-ville de Cherbourg-en-Cotentin.

Votre magasin s’appelle Zen’it, quelle en est la raison ?

Zen car c’est l’état d’esprit dans lequel j’amène mes clients quand nous bâtissons un projet ensemble. Pas de soucis, de l’imagination et que des solutions.
It car mes cuisines sont fabriquées en Italie.

Zénith également car je veux le meilleur pour ceux qui me font confiance. Et Zen’It cela sonne bien.

Mais j’aurais aussi pu appeler mon magasin Phénix, car cet oiseau mythique renaît de ses cendres, et c’est un peu mon histoire. Mon handicap m’avait condamné, j’ai senti deux fois mon cœur ralentir jusqu’à s’arrêter. J’ai alors goûté une totale plénitude. Mais des massages cardiaques m’ont ramené à la vie. Sur le coup, c’est violent de se sentir arraché à ce bien-être, mais la vie est belle et j’ai tellement de projets…

D’où vous est venue l’idée de créer Zen’it ?

Avec le handicap, je ne pouvais plus tenir mon emploi comme avant. Trop de stress, de course aux résultats… Je voulais travailler dans une ambiance posée. C’est Cap emploi 50 qui m’a aidé à trouver ma voie en m’encourageant à devenir indépendant. J’avais les solutions pour y arriver mais j’ai eu besoin d’un coup de pouce pour mettre mes idées en place, classer mes priorités.
C’est ainsi que j’ai démarré Zen’It, en m’entourant d’experts grâce à un partenariat avec la menuiserie Dalmont  et en recrutant un métreur pour le suivi des chantiers. J’ai pu ainsi, dès le début, consacrer mon énergie à l’essentiel à mes yeux, la réalisation des projets des clients. Les aider à faire naître leur idée, esquisser les possibles, exploiter au mieux l’espace, réaliser le rêve d’une famille… C’est mon Graal. Et la création de Zen’it me permet de me réaliser dans ma vie professionnelle.

Fabrice Diguet

Fin de l’article

Les commentaire sont fermés.