L’alternance, une solution pour vous qualifier

L’alternance est un atout souvent méconnu des employeurs publics ou privés. Recruter une personne handicapée en alternance permet de satisfaire à une double obligation légale : obligation d’emploi de 6 % de personnes handicapées si l’entreprise compte 20 salariés et plus et l’obligation d’emploi en alternance si l’entreprise compte 250 salariés et plus.

Contrat d’apprentissage ou ou contrat de professionnalisation ?

Les deux contrats en alternance, que ce soit le contrat d’apprentissage ou le contrat de professionnalisation sont des contrats de travail conclus entre un employeur et un salarié incluant une formation qualifiante. Cette formation permet aux salariés d’acquérir un savoir-faire spécifique à l’entreprise ainsi qu’une qualification professionnelle reconnue par l’Etat ou la branche professionnelle. Le salarié sera accompagné par un tuteur de l’entreprise. Son rôle est de faciliter l’intégration de la personne handicapée, de s’assurer du bon déroulement de la formation dans l’entreprise et de faire le lien avec le centre de formation. L’objectif est l’insertion ou le retour à l’emploi des jeunes et des adultes, handicapés ou pas.

L’alternance pour les travailleurs handicapés est-elle possible ?

Oui, ces contrats sont ouverts à tous les publics demandeurs d’emploi.  Le contrat de professionnalisation est ouvert à tous les âges. Le contrat d’apprentissage qui est réservé aux moins de de 26 ans peut se conclure sans limite d’âge si une personne est reconnue travailleur handicapé.

Les contrats en alternance peuvent se réaliser dans tous les domaines d’activité : commerce, automobile, boulangerie pâtisserie, secrétariat, hôtellerie, restauration, animation, informatique, RRH par exemple… via une formation pouvant aller du CAP au Master 2. L’employeur s’engage, outre le versement d’un salaire, à assurer à l’apprenti une formation professionnelle complète, dispensée en partie en entreprise et en centre de formation. La durée du contrat est égale à celle de la formation préparant à la qualification qui fait l’objet du contrat, mais le contrat peut aussi être conclu dans le cadre d’un contrat à durée indéterminée. La formation est financée intégralement par l’OPCA de la branche professionnelle à laquelle l’employeur appartient s’il s’agit d’un contrat de professionnalisation. La formation en contrat d’apprentissage sera elle prise en charge par la région.

Existe-t-il des aides financières pour l’embauche de travailleurs handicapés en alternance ?

L’Agefiph, Pôle emploi et l’Etat proposent des aides en fonction de la durée du contrat et de l’âge de la personne. L’alternance reste une priorité pour l’Agefiph et son plan de développement initié en 2013 est maintenu.

Exemple d’aide pour un contrat de 12 mois :

Pour l’employeur

  • Agefiph, 2000 euros
  • Pôle emploi, 2000 euros, (pour les demandeurs d’emploi inscrits au Pôle emploi 200 € par mois maxi 10 mois)
  • Etat, 2000 euros (si la personne a plus de 45 ans).

Aides de l’Agefiph pour la personne handicapée

  • Moins de 26 ans, 1000 euros
  • 26 à 44 ans, 2000 euros
  • 45 ans et plus, 3000 euros

Vos interlocuteurs

  • Cap emploi – Sameth
  • Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi – DIRECCTE
  • Missions locales
  • Les différents centres de formation, AFPA, Groupe FIM, GRETA, AFPI, etc

En 2017, Cap emploi-Sameth 50 a augmenté de 40 % le nombre de contrats conclus en alternance. 95% des personnes sont embauchées à l’issue de leur contrat en alternance.

Fin de l’article

Les commentaire sont fermés.