Pierrick MARTIN, directeur de SISTM

  • 28 mai 2015
  • |
  • Portrait
  • |
  • Pas de commentaire

Pierrick Martin 2_4965SISTM est le Service Interprofessionnel de Santé au Travail de la Manche. Il regroupe 9 500 entreprises adhérentes pour 105 000 salariés suivis.

Vous dirigez un service de santé au travail, mais quelle est la différence avec la traditionnelle « Médecine du travail » ?

La santé est une notion plus globale que la médecine. L’idée est de travailler beaucoup plus sur la prévention des risques, en allant encore plus dans les entreprises pour étudier par exemple l’éclairage, le bruit, les conditions de travail. Et la santé n’est pas que l’affaire des médecins, c’est pourquoi ils animent et coordonnent toute une équipe qui comprend des infirmières, des psychologues, des conseillers en prévention…

Cet élargissement des missions a-t-il un impact en ce qui concerne les salariés qui ont un handicap ?

Ils illustrent bien ce qu’est maintenant la santé au travail. Décider de l’aptitude au poste reste un acte essentiel, mais nous rendons un plus grand service aux salariés et aux employeurs concernés quand nous allons mener des études pour permettre à la personne de prendre son poste dans de bonnes conditions grâce à l’intervention notamment du conseiller prévention ou d’une infirmière de santé au travail. Bien intégrer la personne handicapée dans son poste, ce n’est pas que de la médecine, c’est la bonne santé au poste de travail grâce aux conseils dispensés par une équipe pluridisciplinaire.

L’emploi des personnes handicapées passe-t-il forcément par des aménagements de poste ?

Beaucoup de salariés, malgré un handicap, occupent un poste ordinaire, sans que ce poste soit adapté. Mais quand il y a besoin, il est important de faire appel à nos services. Cela peut éviter de dépenser de fortes sommes, pour une solution parfois mal ajustée, alors que tout le monde est de bonne foi. Au besoin, nous faisons intervenir le Sameth 50 qui intervient en complémentarité. Ils aident chacun à y voir plus clair, et il s’agit là d’un vrai défi car les personnes peuvent se perdre entre la MDA, le médecin conseil, la Carsat, la médecine de ville etc. Et chaque interlocuteur a son jargon, ses subtilités, pas forcément faciles à appréhender quand les personnes sont en état de faiblesse.

Comment améliorer cela ?

Il faut que les institutions se parlent et se comprennent, c’est l’objet des réunions partenariales que nous organisons chaque année avec le Sameth 50. Le maintien dans l’emploi est un objectif fort de notre service, les bons résultats du Sameth 50 en sont une bonne preuve car beaucoup de prescriptions sont faites par SISTM. Ce partenariat est une nécessité pour que l’emploi des personnes handicapées fonctionne bien. Ce maillage entre nous permet que l’employeur ou le salarié fasse appel à celui qui peut vraiment l’aider.
En ne faisant pas appel aux bons interlocuteurs, le risque est que « ce soit trop cher ». Ce qui est normal, car quand on ne sait pas ce qu’on paie, quel que soit le prix, c’est toujours trop cher…

SISTM est une association qui emploie 130 salariés dont 24 médecins, avez-vous vous 6% de salariés en situation de handicap ?

Oui bien sûr, et nous le vivons bien…

Les commentaire sont fermés.