L’alternance, le meilleur tremplin vers l’emploi

 

forum

Les employeurs sont de plus en plus nombreux à recruter des alternants en situation de handicap. Les raisons en sont nombreuses, qu’il s’agisse de contrats d’apprentissage ou de contrats de professionnalisation.

Les bonnes raisons de favoriser l’alternance

Le niveau moyen des candidats en situation de handicap est inférieur à celui des candidats valides, que le candidat soit jeune ou non. La formation est donc le moyen de rattraper le décalage entre les compétences attendues par l’employeur et le niveau à atteindre par les candidats.
Pourquoi ne pas opter pour la meilleure des formations, celle qui permet d’alterner les périodes d’acquisition de connaissances et les périodes de mise en application dans l’entreprise ?

Le moyen de renverser les préjugés

L’alternance permet à l’encadrement, aux collègues et aux personnes handicapées de se découvrir mutuellement, de vérifier que les conditions d’intégration sont bonnes, que la formation est bien choisie, que la personnalité et les potentiels de l’alternant sont adaptés au métier et à l’entreprise. L’alternance est donc le bon moyen de renverser les stéréotypes : non,  les salariés handicapés ne sont pas plus lents ou moins dynamiques.

L’apprentissage

Il est sans limite d’âge pour les personnes handicapées et les créateurs d’entreprises, qu’ils aient 16 ou 50 ans. Il est bien adapté pour préparer des formations diplômantes, y compris pour des formations supérieures de type BTS ou licences professionnelles.
Deux points de vigilance cependant. D’une part la localisation du CFA (Centre de Formation des Apprentis), pas toujours en proximité suffisante. Et il faut savoir que les sections les plus courues peuvent être complètes dès le mois d’avril, pour une rentrée qui n’a pourtant lieu qu’en septembre.
D’autre part la rémunération. Elle est un plus pour les jeunes qui acquièrent un diplôme identique à celui de leurs amis, mais en étant rémunéré et en se voyant offrir une expérience professionnelle. Mais cette rémunération est presque toujours inférieure au SMIC, et elle peut être un frein pour les plus âgés, sauf situations particulières.

Le contrat de professionnalisation

Il a pour objet de compléter une formation initiale ou d’obtenir une qualification afin de favoriser l’employabilité. Il associe des enseignements généraux et professionnels avec l’acquisition d’un savoir-faire spécifique à l’entreprise. A un moment où de nombreuses entreprises ne trouvent pas sur le marché du travail des personnes handicapées ayant les compétences recherchées, le contrat de professionnalisation permet de former aux métiers les plus pointus, y compris à ceux pour lesquels il n’existe pas de formation, grâce à des contrats 100% en entreprise, comme le PRODIAT d’Opcalia.
Apprentissage et contrat de professionnalisation sont assortis de nombreux avantages financiers pour l’employeur. A noter que les personnes formées ne sont pas pris en compte dans l’effectif de l’entreprise mais sont intégrées dans le pourcentage de salariés handicapés que doit avoir chaque établissement de 20 salariés et plus.

Des salons pour l’alternance

Dans toutes les zones d’emploi ont lieu chaque année des forums dédiés en partie ou complètement à l’alternance. Les entreprises peuvent y présenter leurs offres et rencontrer des candidats. Hôtellerie-restauration, bâtiment, commerce, industrie agro-alimentaire… beaucoup de secteurs d’activité y sont représentés.
Les Cap emploi y sont souvent associés, ou tout au moins présents pour échanger avec les employeurs et les candidats au sujet des démarches à effectuer, des dispositifs présents localement, des soutiens à l’alternance en fonction des handicaps, des aides financières etc.

 

 

 

 Fin de l’article

Les commentaire sont fermés.