Parions sur l’emploi des personnes en situation de handicap

laboratoire

Une personne handicapée a moins de chance qu’une autre d’être recrutée. La preuve, leur taux de chômage a augmenté de 40% ces dernières années, et les raisons en sont nombreuses.

Nous savons tout d’abord que la mention d’un handicap dans le CV diminue statistiquement le nombre d’invitations à entretien. On sait ensuite que les jeunes nés avec un handicap accèdent difficilement à la formation initiale.

Autre difficulté à laquelle on pense peu : se reclasser sur un nouveau métier pour les personnes devenues inaptes à leur 1er poste. Devenir comptable à 40 ans après avoir été couvreur pendant 15 ans n’est pas facile.

Il y a aussi le fait que l’impossibilité de reclasser le salarié après la survenue d’un handicap frappe beaucoup plus souvent des ouvriers et des employés, dans un monde du travail où la course aux qualifications est réelle.

Enfin, leur âge, en moyenne de 7 ans de plus que pour d’autres demandeurs d’emploi, est une difficulté supplémentaire, car beaucoup d’entre eux cumulent le problème du handicap et les obstacles propres à l’emploi des seniors.

Heureusement, des solutions existent pour que les personnes handicapées accèdent à l’emploi.

Dans la Loi tout d’abord, puisque chaque établissement privé ou public, d’au moins 20 salariés, doit comporter 6% de salariés en situation de handicap. Cette disposition permet de créer un certain nombre d’opportunités pour les candidats qui peuvent ainsi faire valoir un avantage.

Ensuite, si la formation est un problème, elle est aussi une solution… Les dispositifs qui encouragent la montée en compétence des travailleurs handicapés sont nombreux : rémunération plus élevée en formation, coût pédagogique pris en charge, aide aux déplacements, aide à l’orientation, mesures dérogatoires concernant les formations en alternance…

S’y ajoute enfin des aides à l’embauche qui ne sont pas négligeables, et qui permettent de trouver des solutions même dans les cas les plus atypiques : contrat unique d’insertion, lourdeur du handicap, aménagements de poste, tutorat…

A noter également le soutien du réseau des Cap emploi, spécialisé dans le recrutement des personnes handicapées, qui intervient près des employeurs et des candidats pour rapprocher au maximum l’offre de la demande. Présents dans la Manche à Agneaux et Cherbourg, des conseillers de proximité aident chaque année l’embauche d’environ 500 travailleurs handicapés.

 

Les commentaire sont fermés.